JOHNNY ANGEL. Edwin L. Marin. 1945

johnny 

Production : RKO (Jack Gross)

Directeur de la photographie : Harry Wild 

Avec : George Raft, Claire Trevor, Signe Hasso et Marvin Miller

 

Johnny Angel, capitaine dans la marine marchande, aborde lentement un navire à la dérive. C'est le bateau commandé par son père. Il monte à bord mais il n'y trouve personne, tout l'équipage a disparu. Le navire est remorqué jusqu'à son port d'attache mais l'armateur semble se désintéresser de l'affaire alors Johnny Angel (George Raft) commence à enquêter sur la disparition de son père.

Le soir suivant, il monte à bord du bateau à quai pour y trouver des indices. Il trouve les traces d'une présence féminine à bord et se sent épié. Un témoin dans les parages du bateau lui confirme qu'une femme à quitté le bord pendant qu'il le fouillait. Il retrouve cette femme, une française, qui semble savoir ce qui s'est produit sur le bateau mais qui est terrorisée et semble vouloir tout faire pour fuir...

johnny 

A partir de là, l'enquête nous entraine dans les bars et les cabarets de la ville. 2 frères, propriétaires d'un club, et leurs hommes de main y tiendront un rôle important. Tout aussi important est celui tenu par Claire Trevor, la femme du patron de Raft, qui fut autrefois sa maitresse. 

Plusieurs seconds rôles sont intéressants. A commencer par celui du chauffeur de taxi qui reste au service de George Raft durant tout le film. Il fait plus que le convoyer. Il a un oeil partout, aide et protège à l'occasion en l'absence du "héros". C'est un peu aussi "l'espace détente" dans un récit très noir. Ses répartis sont assez ironiques et Il ne cesse de chantonner le même air...qu'il finira par chanter à nouveau en s'accompagnant au piano. Le rôle est tenu par Hoagy Carmichael, qui était surtout un musicien mais qui a tenu quelques seconds rôles au cinéma, le plus célèbre étant celui du cousin (ou l'oncle) d'Homer dans "Les plus belles années de notre vie". BUTCH, le pianiste propriétaire du bar ou se retrouve les 3 anciens combattants, c'est lui...La chanson qu'il fredonne dans le film, "Memphis in june" est de lui. 

On a ensuite le mari de Claire Trevor, qui est aussi l'armateur patron de George Raft. Le personnage est indissociable de celui joué par sa secrétaire, une femme d'un certain âge, qui fut autrefois aussi sa nourrice. La fameuse secrétaire méprise la femme de son patron et "balance" celle ci lorsqu'elle sort en compagnie d'autres hommes. On est obligé de penser aux relations entre Claude Rains ou Cagney et leurs mères respectives dans Notorious et dans White heat (L'enfer est à lui). Dans "Johnny Angel", je vois un aspect "pince sans rire" dans cette relation mais on peut sans doute la prendre au 1er degré ?  

johnny-angel

Bilan : Un film inégal. Il faut pour l'apprécier se laisser aller et passer par dessus les invraisemblances qui parsèment le récit. Normalement, ce défaut là est assez rédhibitoire avec moi mais là je me suis laisser faire à cause du charme mystérieux du film et son aspect baroque. Le final est particulièrement inattendu et délirant. Une seule chose m'a un peu gêné, c'est l'interprétation de Signe Hasso qui est par moment exécrable.

 

Vu en VOST. Pas de DVD pour ce film. En revanche, il est passé sur une chaine du sat. il y a au moins 10 ans, à moins qu'il ne soit repassé plus récemment mais j'en doute.