BLUEPRINT FOR ROBBERY. HOLD-UP AU QUART DE SECONDE. Jerry Hopper. 1961

blueprint-for-robbery-1961 

Avec Jay Barney (Red Mack), J. Pat O'Malley (Pop Kane), Robert Gist (Chips McGann), Henry Corden (preacher Doc) et Robert J. Wilke (Capt. Swanson) 

 

McGann, le patron d'un cabaret, persuade Red Mack de constituer une équipe pour cambrioler le dépôt d'une importante société de transport de fonds, la "Bankers Armored Car Service" qui centralise notamment tous les salaires déposés dans toutes les banques de la ville de Boston. Mack accepte à condition de convaincre Pop Kane, un vieux routier du cambriolage de banque, de se joindre à eux. Pop purge encore une peine de prison, mais Mack, déguisé en prêtre, parvient à le rencontrer et à le convaincre de ce joindre à l'équipe. 

En attendant sa sortie, Mack constitue le reste du groupe, organise et prépare le cambriolage dans ses moindres détails car chaque seconde va compter pour parvenir à réussir cet audacieux casse. Au moment venu, tout se déroule comme prévu. La bande parvient à dérober moins que la somme prévue mais ils repartent néanmoins avec une fortune en vieux billets.

Le financier de la bande, MacGann, conserve l'argent avec l'accord de tous, en attendant que soit écoulé le délai fixé pour qu'il y ait prescription. Selon une loi du Massachusetts si les auteurs ne sont pas découverts dans les 3 ans suivants les faits, ceux ci sont prescrits. Il est entendu qu'avant ce moment, MacGann, sans prendre le moindre risque, donnera à chacun les petites sommes dont il pourrait avoir besoin mais que passé ce délai de 3 ans le butin sera partagé.

Red Mack et un des jeunes membres de la bande partent se mettre au vert mais en chemin le jeune homme braque stupidement un armurier et les 2 hommes se retrouvent en prison...

Hold 

Une heureuse surprise. Evidemment on a déjà vu çà quelque part. C'est à peu près "Quand la ville dort" en moins parfait mais c'est néanmoins un très belle réussite assez inattendue. Ce n'est pas tout à fait un Film Noir, en tout cas dans son esthétique, mais la seconde partie du film est aussi noire que The Asphalt Jungle et plus largement que les autres films relatant la préparation et la réalisation d'un casse. 

1ère surprise, le casting constitué de quasi inconnus, tous très bons avec une mention spéciale à Jay Barney (comment et surtout pourquoi ce type n'a pas fait une carrière plus voyante ?) et également à Pat O'Malley, en vieux gâteux qui traine la patte pour participer au casse se disant trop vieux et qui sera pourtant déterminant, mais c'est surement le braqueur de banque le plus distrait et le plus lent qu'on aura jamais vu. On peut voir une pointe d'humour noir dans le choix d'un presque vieillard comme principal auteur d'un cambriolage aussi compliqué à réaliser. Un certain humour "à froid" et des pointes d'humour noir reviendront d'ailleurs à plusieurs moments du récit. 

Ensuite la mise en scène. Assez anonyme avant et après le braquage mais très précise et très habile durant le cambriolage.  

Voix Off uniquement dans l'épilogue du film. Le propos est d'ailleurs ambigüe car il proclame que "le crime ne paye pas sauf si on ne se fait pas prendre". Un dialoguiste dont the old man était braqueur de banque ?

 

Vu en VF. Passé à la TV chez nous.