CRY 'HAVOC'. 1943 

cry havoc

Avec Margaret Sullavan, Ann Sothern, Joan Blondell, Marsha Hunt, Ella Raines, Frances Gifford... 

Un bon film dramatique de Thorpe. Sans doute l'un de ses meilleurs films. 

A Bataan, durant la seconde guerre mondiale, le lieutenant Smith (Margaret Sullavan) et sa supérieure hiérarchique le capitaine Marsh (Fay Bainter) reçoivent le renfort d'une dizaine d'infirmières inexpérimentées. Elle ne sont absolument pas préparées à ce qui les attend car certaines sont de très jeunes filles n'ayant jamais quittés leurs familles. 

La peur et leur isolement quand le camp de réfugiés sera bombardé par les japonais, révèlera les personnalités, exacerbera les inimitiés mais finalement, à l'approche de la mort, cette expérience hors normes les aura rassemblés. 

La mise en scène :

Pour une fois, Thorpe fait preuve d'un peu d'originalité et même d'audace dans sa mise en scène. Si l'ensemble est assez théâtral et statique, certains parti pris sont intéressants. Il n'y a pratiquement aucun dialogue prononcé par des hommes dans le film. A part quelques Arrrggghh ! un ou deux Aoucchh ! prononcés par quelques blessés, rien ou presque...Un homme a pourtant une certaine importance dans le récit, c'est un officier, le lieutenant Holt, dont Ann Sothern tombe amoureuse ce qui provoque l'hostilité à son égard de Margaret Sullavan sans que l'on sache pourquoi...sauf à la toute fin du film. Or, ce lieutenant Holt, si on en entend parler, si on entend sa voix une ou deux fois au travers d'une porte, on ne le voit jamais. 

D'autre part, malgré une distribution nombreuse -les infirmières sont une douzaine- on apprend à les connaitre toute au moins sommairement, et de manière un peu plus fine au moins 6 ou 7 d'entre elle. Dans les scènes d'ensemble, Thorpe est même assez habile pour montrer avec sa caméra les relations en train de s'établir entre les filles. 

Enfin, dans la scène finale, on attend avec les infirmières l'arrivée des japonais dont on entend les voix parvenir dans les sous sols qui abritent l'hôpital de fortune mais encore une fois on ne les voit jamais. Thorpe s'arrête avant....car il était inutile d'aller plus loin. 

cry

Pour l'anecdote, Marsha Hunt (Flo) est la dernière survivante de toutes les protagonistes du film. Elle aura 95 ans cette année. D'autre part, les plus observateurs reconnaitront Robert Mitchum parmi les soldats éclopés dans une courte scène.  

Pour finir, même si ce film est plutôt réussi, sur un sujet voisin, on pourra préférer SO PROUDLY WE HAIL. Les anges de miséricorde de Mark Sandrich dont ce n'était pourtant pas le domaine de compétence habituel.  

Interprétation d'ensemble remarquable. Mention spéciale à Ann Sothern et Joan Blondell. Moins à Margaret Sullavan que pourtant j'adore mais pour une fois je trouve son interprétation un peu trop (inutilement) pathétique. 

Vu en VOST. Passé à la TV chez nous. 

DVD zone 1 en VO pour CRY 'HAVOC'

DVD zone 1 avec vost pour le film de Sandrich.