undertow_0219_S

UNE BALLE DANS LE DOS (Undertow). William Castle. 1949

Avec Scott Brady (Tony Reagan), John Russell (Danny Morgan), Peggy Dow (Ann McKnight), Dorothy Hart (Sally Lee), Bruce Bennett (Dét. Charles "Chuck" Reckling) et dans un petit rôle Rock Hudson.

Tony Reagan (Scott Brady), après avoir passé 7 ans dans l'armée, d'abord au cours la guerre du Pacifique puis dans les troupes d'occupation basées au Japon, revient à Reno ou il avait travaillé jadis dans le milieu des casinos. Il y retrouve le vendeur d'un hôtel qu'il vient d'acheter dans les montagnes au nord de la ville. C'est là qu'il rêve de reconstruire sa vie et de s'installer avec Sally (Dorothy Hart), sa petite amie de longue date et la nièce de son ancien patron, Big Jim, le propriétaire de nombreuses salles de jeu de Chicago et de Reno. Reagan retrouve par hasard Danny Morgan (John Russell), gérant une salle de jeu pour le grand patron. Ce vieil ami et ancien collègue tente bien de le persuader de reprendre son ancienne activité mais rien n'y fait, Reagan est bien décider à rompre avec son ancien milieu. Il prend l'avion pour rejoindre Chicago ou il doit retrouver sa petite amie qu'il n'a plus vu depuis des années et au cours du vol retrouve Ann McKnight (Peggy Dow), une jeune institutrice de Chicago qui était venue s'encanailler dans la ville du jeu. Sitôt débarqué de l'avion, il est interpellé par la police qui le soupçonne de vouloir régler de vieux comptes avec Big Jim et sa bande, pourtant Reagan ne souhaite qu'une chose en réalité, obtenir de Big Jim l'autorisation d'épouser Sally, mais quand plus tard dans la nuit il se rend à son domicile, il est enlevé, blessé par balle puis libéré et placé inconscient au volant d'une voiture. A son réveil, Reagan découvre qu'il est recherché par la police. Peu auparavant, Big Jim a été abattu et la police semble convaincu qu'il est le meurtrier... 


On est dans une intrigue vue et revue : Un homme que tout accuse mène lui-même l'enquête pour tenter de se disculper. Sur cette base classique, le scénario n'apporte pas d'inovations très passionnantes. On voit en effet assez rapidement d'ou vient la manipulation. La répartition des principaux rôles est assez claire et attendue. On a deux filles, dont évidemment une garce qui n'en a pas l'air et une gentille qui le reste jusqu'au bout. En revanche, deux personnages, deux créations des scénaristes sont plus intéressants. Le premier est un détective incarné par Bruce Bennett. C'est un ami d'enfance de Reagan et le dilemme qu'il éprouve entre son devoir de policier et sa loyauté envers Reagan en raison de la vieille relation d'amitié avec ce suspect recherché pour meurtre sera bien utilisé par les scénaristes. Cette relation inspire particulièrement Castle dans une très bonne scène nocturne impliquant la femme et le fils de Reckling quand Reagan se rendra discrètement au domicile du policier. Le second personnage intéressant est le garde du corps de Big Jim, un géant afro-américain qui culpabilise de n'avoir pas pu protéger son patron et qui jouera un rôle capital à plusieurs moments clés du récit et notamment dans toute la partie finale.

Un mot aussi sur la "gentille" . C'est de tous les comédiens(es) principaux, celle qui se distingue le plus dans une distribution qui s'en sort honnêtement mais sans relief particulier. Peggy Dow qui avait des faux airs d'une autre "douceur" que j'aime bien, Cathy O'Donnell, aura connu une carrière encore plus courte que cette dernière mais aura vécu plus longtemps puisqu'elle est toujours de ce monde, contrairement à Cathy qui a disparue très jeune. Elle aura eu une carrière de 3 ans avant d'épouser un roi du pétrole et de filer inaugurer les orphelinats à Tulsa dans l'Oklahoma mais elle a eu le temps d'apparaitre dans quelques bons films dont d'autres bons polars : L'araignée de Michael Gordon, Shakedown de Joseph Pevney, The Sleeping City de George Sherman ainsi que dans 2 bons films de Mark Robson, Face à l'orage et La nouvelle aurore...mais aussi dans Harvey. Un mot enfin sur Rock Hudson dont c'était le second rôle au cinéma. Il joue un détective qui s'entretient avec Bruce Bennett dans une scène de remplissage de 5 min. 

Mais la véritable vedette du film, et c'est surprenant, c'est la mise en scène de William Castle. Le roi du gimmick, des bizarreries plus ou moins gratuites et des trucs destinés à appâter le public, y compris dans les salles de projection, "le roi des farces et attrapes" ou le "Hitchcock du pauvre", comme l'appellent malicieusement Tavernier et Coursodon, était donc un vrai metteur en scène. Ça ne saute pas aux yeux dans les autres films que j'ai pu voir jusque là, notamment dans ses westerns, sauf peut-être dans le curieux "Etrange mariage" mais rien qui laissait prévoir l'habilité de Castle pour filmer les 2 villes du film, Reno et Chicago. Ici, Il profite pleinement du tournage en extérieur et intègre ses personnages en mouvement dans une ville vivante et active, et même au coeur de villes qui ont rarement été aussi bien intégrés dans les intrigues policières de cette époque là, mais sans atteindre non plus les sommets que constituent La cité sans voiles (The Naked City) et Les forbans de la nuit (Night and the City ), tout deux de Jules Dassin et 2 sommets du genre à ce titre...et 2 sommets du genre tout court. Mais tout de même, Castle fait preuve d'un grand sens de l'espace dans sa façon de filmer les déambulations de Scott Brady dans Reno puis dans Chicago. Il fait parfois un peu dans la facilité dans 2 scènes utilisant le site "touristique" de la fontaine Buckingham située au bord du lac Michigan, mais pour le reste, ses très beaux plans de "ville" sont discrets et très beaux. D'autres scènes nocturnes sont très bien mises en scène et admirablement découpées, tout comme une longue séquence dans une usine en fonctionnement mais désertée par le personnel, et enfin le dénouement qui se passe en partie dans les couloirs étroits du sous-sol d'un immeuble sont elles aussi très bien filmées.

Surement pas inoubliable mais un film noir solide, sans grandes surprises mais esthétiquement très réussi. Vu en VOST. Ce film est déjà passé sur une ou des chaines françaises.