jamaica-run-movie-poster-1953-1020436872

Scénario et Réalisation : Lewis R. Foster
Image : Lionel Lindon
Musique : Lucien Cailliet
Produit par : William H. Pine et William C. Thomas
Paramount

1953       Durée : 92 min

Avec :
Ray milland (Patrick Fairlie)
Arlene Dahl (Ena Dacey)
Wendell Corey (Todd Dacey)
Patric Knowles (William Montague)
Kasey Rogers (Janice Clayton)

Patrick Fairlie, un ancien capitaine de la marine américaine, revient en Jamaïque et y retrouve son ancienne petite amie Ena Dacey au moment ou la famille de celle ci est en proie à de graves difficultés financières. Un promoteur immobilier, William Montague propose bien de racheter la propriété mais la famille refuse catégoriquement de vendre même si la survie de la plantation s'en trouve menacée. Un juge apprend au promoteur que les archives de la famille, dont les actes de propriété des Dacey, ont été perdu 100 ans plus tôt dans le naufrage d'un navire et qu'une incertitude plane donc sur les légitimes propriétaires des lieux. Il retrouve alors 2 parents éloignés des Dacey, Janice et Robert Clayton, les fait venir et tente d'évincer Ena et sa famille. Sa mère, une vieille dame excentrique portée sur la bouteille et son frère, faible et oisif semblant incapable de défendre leurs intérêts, c'est Ena aidé par Pat Fairlie qui tenteront de contrecarrer les ambitions du promoteur. Avec son équipage Il commence les recherches et sonde les fonds sous marins de la baie pour tenter de retrouver l'épave du navire englouti….

L'argument est assez laborieux…Un siècle avant le début de l'action, un ancêtre des Dacey avait coulé avec les archives de la famille alors qu'il s'apprêtait à vendre le domaine à son cousin et il avait disparu sans que personne ne sache précisément si la vente avait pu être conclus. Depuis, les descendants avaient cependant pu bénéficier d'une sorte de tolérance pour occuper la villa et exploiter la plantation attenante contre une location. Recevant cette information du juge local, le promoteur immobilier entreprend de rechercher les descendants de ce cousin…les trouve et tente de les imposer comme légitime propriétaire. Voilà, voilà…Les fameux cousins, les Clayton, eux aussi frères et soeurs ne sont à priori pas bien méchants mais ils regardent tout de même rêveusement cette villa au bord de la mer et se verraient bien propriétaire mais bien évidemment les Dacey n'ont aucune intention de se laisser faire. Çà se complique quand Todd, le jeune Dacey et sa "cousine" Janice Clayton, du clan rival, commencent à se rapprocher. Un début d'idylle toutefois très vite compromis par la mort de Robert Clayton dont on retrouve le cadavre au fond de l'océan alors qu'il avait revêtu le scaphandre de Fairlie. Ce dernier est soupçonné par les enquêteurs ! la petite soeur en veut au jeune Dacey ! Manifestement quelqu'un fait tout pour que la discorde perdure et agit dans l'ombre pour compromettre tous les Dacey et leurs proches. Pat poursuit néanmoins les recherches pour tenter de retrouver l'épave et le coffre contenant les fameux documents…

Bon, ben c'est pas bien terrible tout çà. Pas beaucoup d'humour, pas beaucoup d'action et un final spectaculaire mais totalement gratuit et venant après ce qui aurait du être la conclusion logique du film. L'exemple même de la scène plaquée et rajoutée par les producteurs pour rattraper un tant soit peu le coté mou du genou du reste. Cela dit, çà a du se faire avec l'accord du réalisateur car Pine et Thomas ont produit presque tous ses films des années 50. On se contente de peu. Quelques cadavres, quelques plongées en scaphandre et bien sûr une petite bagarre sous marine. Une certaine incertitude plane sur les intentions des uns et des autres et les ennemis se déplacent un peu d'un camp à l'autre …mais y'a même pas de traitre et le méchant est nul. On frémit à peine et Ray Milland est un poil fatigué. La famille Dacey, surtout la mère et le fils (Wendell Corey), c'est le genre ancien riche, une sorte d'aristocratie locale qui en a en tout cas les manières mais plus les moyens. Bilan : maman picole et le fils n'en fiche pas une rame mais Wendell Corey n'a même pas des velléités de traitrise... et n'est même pas tourmenté. Mais oui, mais voilà, y'a une jeune personne qui compense largement tout çà : Arlennnne !!!

Ce que j'ai préféré dans le film ? Dans l'ordre, la 2ème robe bleue, puis la tenue avec la chemise nouée sur le devant, devançant de peu la robe grise à petits carreaux. Tous les autres films d'aventures des années 50 réalisés par Lewis R. Foster ont été diffusés à la TV chez nous. Le 1er était en noir et blanc, Dans les mers de Chine (Captain China), un film d'aventures maritimes pas transcendant mais mais dont les 1er rôles se nomment Gail Russell :oops: et John Payne…On retrouvait également ce dernier dans L'or de la Nouvelle-Guinée (Crosswinds) avec cette fois Rhonda Fleming, le plus connu et peut-être le meilleur de la série, puis Rhonda poursuivait l'aventure par 2 fois avec pour partenaire Ronald Reagan pour Sous les tropiques (Tropic Zone) et Hong-Kong, et là, pas de doute, le plus Kong, c'est le King, pardon, le président Reagan. On peut les éviter mais je connais des amateurs des deux films.