CaveofOutlawsLobby

LA CAVERNE DES HORS-LA-LOI (Cave of Outlaws). William Castle. 1951 
Avec MacDonald Carey, Alexis Smith et Edgar Buchanan
Pete Carver et la bande dirigée par son père attaque un train, et après avoir tué les conducteurs et fait sauter un wagon, ils s'emparent des fonds de la Wells Fargo. Poursuivis par le shérif et ses adjoints, ils se refugient dans une grotte dans laquelle Pete jouait enfant. L'or est vite dissimulé mais tous les hommes sont abattus les uns après les autres à l'exception du jeune Pete qui refuse de divulguer l'endroit ou est caché le magot. Il est donc condamné à 15 ans de prison. A sa sortie, il retourne vivre dans une ville située à proximité des grottes et y recommence sa vie recevant la bienveillance des commerçants qui lui accordent un crédit semble t'il illimité qui lui permet de venir en aide à la propriétaire du journal local, en grande difficulté financière depuis la disparition de son mari. Tout le monde n'est pas si bienveillant, il est aussi sous la menace de l'homme d'affaire le plus puissant de la ville et de ses hommes et surveillé de près par l'enquêteur de la Wells Fargo qui n'a pas abandonné l'idée de récupérer l'argent volé ... 

Comme dans la plupart des films de Castle que j'ai vu, il exploite parfois de bonnes idées mais dans un scénario maladroit et pas très bien exploité par la mise en scène. Ce type ne manquait pas d'idées, le problème était de les intégrer à des intrigues cohérentes et de les mettre en scène avec maitrise. Or, même dans ses westerns la régularité dans l'effort était loin d'être la qualité première de Castle mais des moments épars dans ses films sont très insolites :

Pete alors qu'il n'est encore qu'un adolescent est violemment tabassé et frappé au visage par le shérif. Pendant toute la scène, on ne voit que les jambes du gosse qui s'agite, on entend le son des coups qui pleuvent et du gamin qui geint, le reste du corps étant dissimulé derrière une concrétion. Plus tard, alors qu'ils doivent se retrouver sur la place de la ville, l'enquêteur de la Wells Fargo et Pete observeront des enfants qui joueront puis se battront en étant l'un, le bandit de la caverne et l'autre le policier de la Wells Fargo…Les 2 véritables personnages en question faisant des pronostics et des commentaires au sujet du duel. Le regard porté sur les commerçants est lui aussi assez ironique car ils sont tous très sympas avec Pete et lui font tous crédit, persuadés de rentrer dans leurs investissements quand il aura récupérer son magot. 

Pour le reste l'intrigue est sans surprise. Tous en veulent après le magot même des protagonistes inattendus. Les uns emploieront des méthodes expéditives. "On lui casse la gueule et on lui fait les poches". Il y a d'ailleurs deux bonnes bagarres dans le film. Les autres emploieront des méthodes un peu plus fines. En marge de la recherche du magot convoité, une intrigue sentimentale peu passionnante opposera deux des principaux protagonistes pour conquérir la belle Alexis Smith. Pour l'anecdote, alors qu'elle est censée être fauchée, cette dernière enchaine les défilés de haute couture 1880...et elle est diaboliquement belle la bougresse. Elle est au coeur d'une intrigue secondaire. Son mari a disparu mystérieusement des mois auparavant et les spéculations sur son compte vont bon train...J'accorde un petit bonus pour le bon second rôle tenu par l'un de mes vieux préféré du cinéma B, Edgar Buchanan.

Tourné en partie dans des grottes du Nouveau-mexique. Mais de ce site insolite, Castle ne fait pas grand chose. On les retrouvent à différents moments du récit sans que ce lieu ai stimulé l'imagination du metteur en scène. Je crois que ce film est inédit en France mais il a été sous-titré par une amatrice ! D'autres westerns rares de William Castle, à ma connaissance eux aussi inédits en France ont connu le même (heureux) sorts et les fichiers de st sont trouvables. çà concerne : Fort Ti avec George Montgomery. La terreur des sans lois avec le même. Conquest of Cochise avec John Hodiak et Robert Stack. Enfin, Rendez-vous sur l'amazone, qui n'est pas un "vrai" western, un film commencé d'ailleurs par Boetticher et qu'il avait abandonné, est lui passé sur une ou des chaines de télé françaises.